« L’appli sans fard » : On parle de nous dans le Grazia !

« L’appli sans fard » : On parle de nous dans le Grazia !

My Beauty Community propose aux utilisatrices de produits de beauté d’échanger leurs avis en toute transparence. Sa créatrice Marine Chevalier, veut révolutionner le conseil en cosmétique.

Un pari osé ?

Par Sandrine CHESNEL, Photo Fabien BREUIL pour Grazia.

 

Un peu de Facebook pour le côté communauté, une touche de TripAdvisor pour les avis des consommateurs, et beaucoup d’Instagram pour le partage d’images : c’est la recette de My Beauty Community. L’idée de cette appli de « beauté collaborative » lancée en septembre dernier revient à Marine Chevalier, 34 ans et dix ans d’expérience professionnelle dans des services marketing du secteur de la cosmétique.

Fin 2015, à la faveur de la naissance de son premier enfant, Marine crée un blog beauté : « J’ai réalisé que le secteur de la cosmétique était biaisé dans les boutiques, les vendeuses sont commissionnées pour pousser telle ou telle marque et, sur leurs blogs les influenceuses hésitent à critiquer les produits par peur d’être blacklistées. Pour les consommatrices, c’est compliqué d’avoir un avis authentique et objectif. » D’où l’envie de lancer une communauté autour de l’échange de conseils. D’abord sous la forme d’un groupe Facebook fermé, puis d’une application développée par Marine avec son associé David Moothen, ingénieur informaticien.

Le fonctionnement ? Une fois inscrite, l’utilisatrice répond à dix questions (âge, type de peau, de cheveux…) afin d’être mise en relation avec d’autres « Beauties » qui partagent ses centres d’intérêt (produits bio, problèmes de peau, de cheveux). Le modèle économique repose notamment sur la vente de produits via un comparateur d’achat maison, les bilans de tendance ou d’e-reputation pour les entreprises du secteur, mais aussi l’utilisation des datas fournies par les utilisatrices volontaires pour tester des produits.

« On ne peut qu’encourager les utilisateurs à partager leurs expériences, bonnes ou mauvaises, commente Guilhem Fenieys, de l’UFC-Que choisir, l’association de défense des consommateurs. Mais un point de vigilance, tout de même, avec ce type d’appli : qu’est-ce qui empêche des marques de produits cosmétiques de créer des faux profils pour valoriser leurs produits ? » Marine Chevalier y a pensé : « Un algorithme nous alerte quand un compte publie plus de trois avis sur une même marque. Nous pouvons ensuite supprimer le compte si la recherche sur l’utilisatrice ne lève pas le doute sur ses intentions. »

Pour garantir son indépendance, la jeune femme et son associé, en pleine levée de fonds, se sont engagés à ne faire entrer aucune marque de cosmétique à leur capital. Sans pour autant tempérer leurs ambitions : passer de 5.000 à 300.000 utilisatrices en trois ans, et se développer à l’international.

One thought on “« L’appli sans fard » : On parle de nous dans le Grazia !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *